Archives mensuelles : novembre 2008

Le 90e anniversaire du 11 novembre 1918

logoSur le site du 90e ANNIVERSAIRE DU 11 NOVEMBRE 1918, sont exposées des initiatives de mémoires .
Dans le Val de Marne au Kremlin-Bicêtre inauguration de la rue de Verdun-Lazare Ponticelli.
Une plaque en son honneur a été dévoilée devant le groupe scolaire Robert Desnos. Ce dernier poilu français mort le 12 mars 2008 à 110 ans est aussi le neuvième homme de nationalité française à entrer dans la liste des supercentenaires .
A saint Maurice le 22 novembre 2008,  s’est déroulée une journée d’étude sur le devoir de mémoire, présidée par le général COMBETTE, président du Comité de la Flamme sous l’Arc de Triomphe.

Parmi les objectifs exposés

-participer au devoir national de mémoire et encourager sa pratique
-développer , en particulier , chez les jeunes, l’esprit de la citoyenneté et du  civisme

Un  exemple de devoir de Mémoire et l’enseignement de l’histoire a été présenté par Olivier CHOLLET, professeur agrégé d’histoire au collège Denfert-Rochereau à Auxerre.
Deux opérations conduites dans un établissement  scolaire ont permis à l’ensemble de la
communauté urbaine  de porter un regard nouveau sur leur passé:
-la participation active de  collégiens à la cérémonie du 11 novembre
-l’organisation d’une cérémonie officielle dans l’enceinte du collège à la mémoire des enfants
de Déportés juifs ou de Résistants qui y ont séjourné entre 1942 et 1944 . Des élèves de deux
classes ont travaillé à l’élaboration d’un recueil « Souvenons-nous des orphelins – Auxerre 1942-1944 » .

Rédigé par Thérèse

Poster un commentaire

Classé dans Guerre 14-18, Histoire, Histoire locale

Réunion du mardi 25/11

Hier, nous nous sommes penchés sur les médailles retrouvées dans les archives familiales et sur les médailles obtenues par certains.
Nous avons essayé de les reconnaître. J’en oublie certainement.

SUIVANT LES GRANDES CATEGORIES :
LES ORDRES MILITAIRES
Différents grades de légion d’honneur (Chevalier, Officier , Commandeur), médaille militaire, croix de guerre, croix du combattant, médaille d’Afrique du Nord.

LES ORDRES MINISTERIELS CIVILS
Ordres des palmes académiques

LES MEDAILLES D’HONNEUR CIVILES
Médaille du mérite social
Médaille d’honneur de la police
Médaille de la santé publique
Médaille d’honneur des épidémies (choléra)

Nous avons également parlé :
De l’ordre de préséance des décorations françaises.
Des barrettes militaires et de leur position, la plus importante la plus proche du cœur.
Des certificats
De la signification des étoiles ou palmes sur la croix de guerre.
Des villes,  des villages, des unités de l’armée (dont la Marine), des écoles militaires ou civiles (dont les Ecoles vétérinaires de Maisons-Alfort, Lyon Toulouse) et divers groupements ou communautés parmi lesquels la Croix Rouge Française, le Réseau Résistance des PTT , et la SNCF . ( source « Les ordres honorifiques et de Chevalerie » Vincent Allard)

OU TROUVE-T’ON TRACE DES MEDAILLES DANS LES ARCHIVES :
Le guide des recherches sur l’histoire des familles de Gildas Bernard nous répond en ce qui concerne :
Les ordres de Chevalerie
Les ordres militaires et hospitaliers
Les décorations et récompenses honorifiques à partir de la Révolution

BEAUCOUP DE SITES SUR LES MEDAILLES ET DECORATIONS :
www.monnaiedeparis.fr
http://geneanneogie.free.fr/medailles.htm
http://medaille.decoration.free.fr/
http://www.france-phaleristique.com/somdecos.htm
http://steph77.club.fr/partie4/textes/medailles_militaires.htm
http://www.stehelene.org/php/accueil.php?lang=fr
http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/mes.htm
http://genealogie.pialat.com/decorations.php#coloniaux
http://www.medailles-officielles.com/med_militaires.htm
http://www.military-photos.com/medailles.htm

AUTRES SUJETS ABORDES :
Thérèse nous a évoqué sa participation à la journée d’Etude sur le devoir de Mémoire du 22 novembre à Saint-Maurice

Jean nous donne la signification de la tenue du marin :
Le pompon rouge pour signifier que le corps a obtenu la Légion d’honneur
La jugulaire blanche en souvenir de la jarretière donnée par la Reine Victoria à un marin dont le béret s’envolait
La cravate noire en commémoration de la bataille de Trafalgar
Les 7 rayures du pull commémorant les  7 principales batailles navales.

Bonne semaine

rédigé par Michele

3 Commentaires

Classé dans Histoire, Permanences

Nouveauté ! « Paris dernier voyage » – à lire…

Un livre vient de paraître :
9782707156136fs« Paris dernier voyage histoire des pompes funèbres de paris XIX et XX siècle« .
Bruno BERTHERAT, Christian CHEVANDIER
Préface de Bertrand DELANOË
Collection : Hors collection Essais & Documents
Parution : septembre 2008

De 1874 à 1996, au 104 de la rue d’Aubervilliers, une véritable cathédrale industrielle a abrité le service des Pompes funèbres de la ville de Paris. C’est là, dans un des quartiers les plus populaires de la capitale, à deux pas du bassin de La Villette, que les cercueils étaient fabriqués, les corbillards aménagés, les énormes tentures noires cousues, les funérailles planifiées. C’est d’ici que les croque-morts partaient chaque matin assurer des dizaines d’enterrements. C’est tout un monde de métiers les plus divers qui s’affairaient pour aider à accompagner les parisiens dans leur ultime voyage.
Cet ouvrage, illustré de nombreux documents originaux et parfois surprenants, raconte l’histoire de la mort à Paris : ses causes, bien sûr, mais aussi la grande diversité des pratiques funéraires qui en disent long sur l’état des rapports sociaux de la capitale. Ils décrivent l’activité quotidienne des pompes funèbres, le fonctionnement de la « machine » du 104, mais aussi la vie des femmes et des hommes qui y ont travaillé, et dressent la géographie de la mort dans la capitale. Ils montrent notamment comment ce service municipal a su, tout au long de ces décennies, adapter son activité aux transformations du rapport de la société et des individus à la mort.

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Les cimetières parisiens

Pour faire suite au tour de table de la réunion du dimanche 19 octobre 2008, voici deux articles qui sont parus dans le bulletin « NOS SOURCES » du C.G.P.T.T. concernant les cimetières parisiens.

LES CIMETIERES PARISIENS

Paris possède 14 cimetières intra-muros et 6 cimetières extra-muros, ce qui représente une surface totale de 422 hectares et environ 700.000 concessions.

cimetier

● LA CREATION DES CIMETIERES :

C’est le décret du 23 prairial An XII (12/06/1804) qui institue la création de 3 grands cimetières, alors extra-muros, le cimetière de l’est (Père Lachaise), le cimetière sud (Montparnasse) et le cimetière nord (Montmartre).

Sous le Second Empire, le baron HAUSSMANN, désirant systématiser cette politique de regroupement et d’éloignement des défunts, propose d’établir à MERY SUR OISE (95), une unique et immense nécropole de plus 800 hectares, accessible par trains spéciaux réservés aux morts et à leurs parents. Ce projet « futuriste » ne verra jamais le jour. Au contraire, lorsqu’en 1860, les limites de la ville de PARIS furent repoussées par l’annexion des communes limitrophes, les principaux cimetières extra-muros de PARIS se retrouvèrent dans la Capitale

Aujourd’hui, PARIS possède 14 cimetières intra-muros. Aux 3 précédents, il convient d’ajouter les cimetières d’AUTEUIL, des BATIGNOLLES, de BELLEVILLE, de BERCY, du CALVAIRE, de CHARONNE, de GRENELLE, de PASSY, de VAUGIRARD, de LA VILLETTE, sans oublier le cimetière SAINT VINCENT.

PARIS dispose aussi de 6 cimetières extra-muros à BAGNEUX, LA CHAPELLE, IVRY, PANTIN, SAINT OUEN et THIAIS.

Les fosses communes n’existent plus. Elles ont été remplacées par des « tranchées gratuites » de THAIS, où les dépouilles confiées à l’Administration Municipale sont inhumées individuellement dans des cercueils de bois pour une durée d’au moins 5 ans.

On trouve à l’inverse, sur le territoire même de PARIS, 6 nécropoles qui ne dépendent pas de la Capitale : le cimetière de GENTILLY, le cimetière de MONTROUGE, le cimetière sud de SAINT MANDE et les 2 cimetières de CHARENTON LE PONT (le cimetière Ancien et le cimetière de VALMY) qui relèvent respectivement de ces communes, sans oublier le cimetière privé de PICPUS.

Pour plus de renseignements, lire le « Guide des Cimetières Parisiens » de Jacques BAROZZI etc.

Source pour cet article « LE JOURNAL DE PARIS N° 57 » avec l’aimable autorisation de Monsieur le Rédacteur en Chef.

LES CIMETIERES DE PARIS

En complément de cet article sur les « Cimetières Parisiens », voici, tiré d’un livre de Marcel LE CLERE intitulé « Guide des cimetières parisiens » et publié dans la collection des Guides hachette en 1990, la liste pratiquement exhaustive des cimetières et autres lieux de sépultures de PARIS.

Les grands cimetières intra-muros :

Le cimetière du Père LACHAISE : Bd de Ménilmontant, Paris 20ème, M° Père Lachaise
Le cimetière de MONTMARTRE : rue Caulaincourt, Paris 18ème, M° Blanche
Le cimetière de MONTPARNASSE : 3 Bd Edgar Quinet, Paris 14ème, M° Raspail

Les petits cimetières intra-muros :

Le cimetière d’AUTEUIL : 57 rue Claude Lorrain, Paris 16ème, M° Exelmans
Le cimetière de BELLEVILLE : 40 rue du Télégraphe, Paris 20ème, M° Télégraphe
Le cimetière de BERCY : 329 rue de Charenton, Paris 12ème, M° Porte de Charenton
Le cimetière du CALVAIRE : 2 rue du Mont Cenis, Paris 18ème, M° Lamarck
–    c’est le plus petit des cimetières de Paris (593 m²), le plus ancien connu (1096), il n’est ouvert que les 1er et 2 novembre de chaque année.)
Le cimetière de CHARONNE : place Saint Blaise, Paris 20ème, M° Gambette
Le cimetière GRENELLE : 174 rue Saint Charles, Paris 15ème, M° Lourmel
Le cimetière de La Villette : 46 rue d’Hautpoul, Paris 19ème, M° Ourcq
Le cimetière de Passy, 2 rue du Commandant Schloesing, Paris 16ème, M° Trocadéro
Le cimetière de Picpus, 35 rue de Picpus, Paris 12ème, M° picpus
–    c’est un cimetière privé
Le cimetière Saint Vincent, rue Lucien Gaulard, Paris 18ème, M° Lamarck
Le cimetière de Vaugirard, 320 rue Lecourbe, Paris 15ème, M° Lourmel

Les cimetières extra-muros :

Le cimetière de Bagneux, 44 avenue Marx Dormoy, Montrouge (92)
Le cimetière des Batignolles, 8 rue Saint Just, Paris 17ème, M° Porte de Clichy
Le cimetière d’Ivry, 44 route de Choisy, Ivry sur Seine (94)
Le cimetière de La Chapelle, 38 avenue Wilson, La Plaine Saint Denis (93)
Le cimetière de Pantin, 164 avenue Jean Jaurès, Pantin (93)
Le cimetière de Saint Ouen, avenue Michelet, Saint Ouen (93)
Le cimetière de Thiais, route de Fontainebleau, Thiais (94)

Les églises contenant des sépultures :

Notre Dame de Paris, Paris 4ème
Saint Etienne du Mont, place Sainte Geneviève, Paris 5ème
Saint Eustache, 2 rue du Jour, Paris 1er
Saint Germain l’Auxerrois, place du Louvre, Paris 1er
Saint Germain des Prés, boulevard Saint Germain, Paris 6ème
Saint Gervais Saint Protais, 2 rue François Miron Paris 4ème
Saint Jacques du Haut Pas, 252 rue Saint Jacques, Paris 5ème
Chapelle Saint Joseph des Carmes, 70 rue de Vaugirard, Paris 6ème
Sainte Marie Madeleine, place de La Madeleine, Paris 8ème
Saint Médard, 14 rue Mouffetard, Paris 5ème
Saint Nicolas du Chardonnet, rue Monge, Paris 5ème
Saint Nicolas des Champs, 254 rue Saint Martin, Paris 3ème
Saint Paul Saint Louis, 99 rue Saint Antoine, Paris 4ème
Saint Roch, 296 rue Saint Honoré, Paris 1er
Saint Séverin, rue des Prêtres Saint Séverin, Paris 5ème
Sainte Marguerite, 36 rue Saint Bernard, Paris 11ème
Saint Sulpice, place Saint Sulpice, Paris 6ème
Temple de la Visitation Sainte Marie, 17 rue Saint Antoine, Paris 4ème
L’église de la Sorbonne, Paris 5ème

Les édifices publics contenant des sépultures :

L’Arc de Triomphe de l’Etoile, Paris 8ème
Les Catacombes, 1 place Denfert Rochereau, Paris 14ème
La Chapelle Expiatoire, 36 rue Pasquier, Paris 8ème
La Colonne de Juillet, place de la Bastille, Paris 12ème
L’institut Pasteur, 25 rue du Docteur Roux, Paris 15ème
Les Invalides, Paris 7ème
Le Panthéon, Paris 5ème

Autres lieux contenant des sépultures :

La Basilique Royale de Saint Denis
La Chapelle du château de Vincennes

Quelques lieux insoupçonnés contenant des sépultures :

La Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, Paris 2ème
L’Ecole Militaire, avenue de La Motte Picquet, Paris 7ème
Le collège des Ecossais, 65 rue du Cardinal Lemoine, Paris 5ème
L’hôpital Laënnec, rue de Sèvres, Paris 6ème
L’hôpital Lariboisière, Paris 10ème
L’institut de France, 23 quai Conti, Paris 6ème
Le jardin des Plantes, rue Cuvier, Paris 5ème
La maison des Lazaristes, 95 rue de Sèvres, Paris 6ème
L’église Notre Dame des Victoires, place des Petits Pères, Paris 2ème
L’église Saint Laurent, Paris 10ème

*************

Infos et contacts des cimetières Parisiens

http://www.lescimetieres.com/Accueil/cadreaccueil.htm

DIRECTION DES PARCS,JARDINS ET ESPACES VERTS
Service des Cimetières
71 rue des Rondeaux
75020 PARIS
Tel : 01 40 33 85 85
Fax : 01 40 33 85 90

Recherche de personnes inhumées dans les cimetières parisiens

10 Commentaires

Classé dans Histoire, Lieux

Emission « Sur les traces du passé » sur Arte

Ne manquez pas les emissions sur Arte  du 24 novembre au 3 décembre 2008:

ARTE aide les téléspectateurs à élucider leurs secrets de famille : Deux généalogistes, l’un Français, l’autre germanophone, font des recherches dans les archives, les registres paroissiaux ou fonciers, les bureaux – et lorsque de besoin, dans la cave de la mairie.

Leur spécialité, c’est élucider des secrets de famille ; pour cela, ils interrogent des proches qui ont parfois un âge vénérable, consultent des confrères chevronnés et surfent sur Internet. Ils cherchent des actes de naissance ou de décès, des naissances illégitimes, des frères ou sœurs rejetés, ils sondent les causes d’une richesse soudaine ou tentent encore de retrouver la trace de proches forcés de s’expatrier pour fuir la misère.

Leur objectif est de faire remonter ces histoires à la surface, de leur donner un sens, de comprendre ce qui est arrivé. Pour autant, les généalogistes ne s’intéressent pas qu’à la vie privée. Retracer l’histoire d’une famille, c’est toujours remonter dans le temps. L’Histoire laisse des traces dans chaque famille – et chaque trace retrouvée fait renaître un peu cette Histoire.

Voici le programme:
24.11.2008, 20h15: Guerres et paix
Dans le Paris de la belle époque, Pierre-Valéry Archassal suit les traces d’un artiste de fort mauvaise réputation. En Allemagne, André Bechtold se penche sur (…)

25.11.2008, 20h15 : Une famille sur mesure
Yasmena Müller, professeur de flamenco, a l’impression de ne pas savoir qui est sa vraie famille. Eric Schoder est Français mais de père allemand. Prisonnier (…)

26.11.2008, 20h15 : Drôles de dames
Pierre-Valéry Archassal étudie la filiation d’un ancien président de la République d’Haïti. Il aurait eu une affaire et Pierre-Valéry est chargé de retrouver (…)

27.11.2008, 20h15 : Deux bouts de monde
Née en Sibérie, Nadia Schönmaier est pourtant allemande selon la loi du sang. Depuis 15 ans, elle vit en Allemagne mais n’a toujours pas retrouvé ses racines (…)

28.11.2008, 20h15 : Rêves d’Afrique
Simeon Blaser, abandonné au Lesotho alors qu’il n’était encore qu’un nourrisson, il a été adopté par un couple suisse. Mais plus il vieillit, moins il se sent (…)

01.12.2008, 20h15 : Les revers d’une destinée
Un jour d’automne, en 1945, l’arrière-grand-père de Rebekka Hinze enfourche son vélo à Berlin-Ouest et se rend dans le secteur soviétique. On ne l’a jamais (…)

02.12.2008, 20h15 : Le vrai du faux
Pierre-Valéry Archassal, le fin limier, a pour mission de reconstituer l’histoire mystérieuse d’un objet de famille. Très vite, les recherches se compliquent, (…)

03.12.2008, 20h15 : Comtes et légendes
La mère de Marie-Claude Medete, a beaucoup parlé – de ses ancêtres aristocrates, du suicide de sa grand-mère, d’un château familial. Info ou intox ?

1 commentaire

Classé dans infos

Réunion du mardi 18/11

Ce 18 novembre 2008, nous avons évoqué la mémoire de nos Poilus.

Grâce à la mise en ligne du fichier morts pour la France et depuis quelques jours la mise en ligne des Journaux de Marche chacun peut retrouver le parcours de son ancêtre pendant la grande guerre.
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/

Vous ne savez pas où est inhumé votre ancêtre ?
http://www.sepulturesdeguerre.sga.defense.gouv.fr/

QUELQUES SITES nous permettent d’approfondir nos recherches notamment :
http://chtimiste.com/
Vous y trouverez l’historique de nombreux régiments ainsi que de nombreuses informations sur la guerre  1914-1918 et des liens vers d’autres sites.

http://jeanluc.dron.free.fr/
Egalement des historiques de régiments et la presse de l’époque.
Notamment  Pages de Gloire : 1023 portraits et textes des citations parus dans le journal « PAGES de GLOIRE»
Si vous possédez des ouvrages de cette période vous pouvez contacter Jean Luc Dron.

QUELQUES QUESTIONS :

Un militaire décédé de la grippe espagnole pendant le conflit a-t-il droit à  la distinction de « mort pour la France » ?

Mémoire des Hommes répond :
L’attribution de la mention « Mort pour la France » est une opération relative à l’état civil, qui fait l’objet des articles L 488 à L 492bis du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre.

Qui a droit à cette distinction ?
– les membres des forces armées françaises, y compris les supplétifs, requis ou engagés à titre étranger, tués au combat, morts des suites de maladies contractées ou d’accidents survenus en service commandé au cours des guerres mondiales, d’Indochine, d’Algérie, des opérations extérieures de maintien de l’ordre ou de la paix, notamment sous mandat de l’ONU

– les prisonniers de guerre décédés dans les mêmes circonstances

– les victimes civiles de nationalité française des guerres de 14-18, 39-45, d’Indochine ou d’Algérie

Attribution
Elle est liée aux circonstances du décès. Lorsque le décès survenait en zone de guerre, la mention « Mort pour la France » était inscrite, par l’autorité militaire, sur l’acte de décès qui était ensuite transmis à la mairie du domicile de la victime. Du fait du caractère particulier des victimes du second conflit mondial (otages, internés, déportés, prisonniers de guerre, disparus), le ministère des anciens combattants de l’époque a mis en place un service spécialement chargé de la gestion et la régularisation de l’état civil, établissant les actes de décès ou de disparition et attribuant la mention « Mort pour la France ».

Comment était déterminée la notion de « Pupille de l’Etat » concernant les enfants des personnes décédés pendant le conflit ?

QUELQUES MEDAILLES ONT CIRCULEES
attribuées  à un soldat » mort pour la France » à la guerre 1914-1918, oncle d’un adhérent.
La croix Valeur et discipline, la croix de guerre 1914-1918 et  la médaille de l’Instruction publique aux maitres morts pour la France.
Il était  instituteur.

A notre prochaine réunion, le 25  novembre, nous nous pencherons sur les Médailles et Décorations et essaierons de les identifier.

UNE INFORMATION DONNEE PAR JEAN :

Il est possible de faire une demande d’adoption de sépulture. N’hésitez pas à le contacter pour en connaître les modalités.

PROCHAINES REUNIONS :

Le 2 décembre Préparation exposition 2009

Le 9 décembre Comment classer les documents de notre généalogie

Rédigé par Michèle

2 Commentaires

Classé dans Permanences

Réunion du dimanche 16/11

Les chiffres :

51 adhérents, 13 présents ce dimanche, 43 adhérents internautes avec courriel

Renée et Jean ont rencontré des difficultés pour obtenir des actes concernés par la nouvelle loi des 75 ans :
les mairies n’étaient pas au courant. Rien de bien réjouissant, cela ne fait que confirmer la réticence des communes, dans ces cas il s’agissait de « petites communes »

Sylvie et Brigitte sont sorties enthousiastes de leur visite du Musée du Travail (Charles Peyre) à Montfermeil (Seine Saint-Denis).
Pré-visite concluante.
L’entrée est gratuite et si nous désirons un guide, le tarif est de 20 euros.
Nombre de visiteurs conseillés 12.
La visite sera planifiée pour janvier 2009.

Autres informations citées en séance:

Salon international de généalogie
Argenteuil : 22 et 23 novembre

Arte tv, généalogie : sur les traces du passé
Huit épisodes de 45mn qui seront diffusés du lundi 24 novembre au mercredi 03 décembre 2008 à 20h15 :

Quinzaine de la généalogie (La Voute) en janvier

Christiane et Philippe reviennent d’un voyage à Venise.
Pendant l’été ils ont organisé une réunion familiale de 85 personnes :
avec exposition de textes et de photos et d’arbres généalogiques.
Les enfants présents à cette mini-cousinade ont particulièrement été intéressés par les photos.
L’un d’entre eux, âgé de 12 ans, a traduit ces impressions sur le livre d’or. Un Beaucarnot en herbe, qui sait!

Ils ont aussi fait une virée aux AD des Côtes d’Armor et dans la série T.
Christiane et Philippe ont retrouvé les écrits des instituteurs sur leurs communes :
1859  – 1 T 400
1886  – 1 T 401
1911  – 1 T 402  notices communales sur la guerre 14/18

Ne pas confondre avec les monographies des instituteurs.
Pour 1889 : Instruction générale du 31 juillet 1887
Pour 1900 : Instruction générale du 29 décembre 1898

Christiane a retrouvé l’acte de naissance du grand-père d’une adhérente de l’A3A de Saint-Maur.
Joie du côté de Saint-Maur !

Gallica … et la Sainte-Marguerite

L’article diffusé, le jour de la Sainte Marguerite, sur le blog dimanche dernier a été trouvé sur le site proposé par la BNF. La version 2 de Gallica est nettement plus performante

Au cours de la permanence, lecture a été faite de l’article en question.
Le fonctionnement des recherches sur Gallica2 a été faite oralement …
Mais rien ne vaut un essai sur internet. A vous de jouer maintenant.
La visite réelle de la BNF par le CGMA aura lieu jeudi prochain, 20 novembre

2 Commentaires

Classé dans Permanences

11 Novembre 1918

Ce 11 novembre, permet de présenter quelques uns des relevés déposés par le CGMA sur Internet.  Soit plus de 8000 noms !

Les premiers relevés datent de 2001.

L’article qui suit est consacré à la guerre 1914-18.

Le monument aux morts de Maisons-Alfort est situé dans la cour de l’hôtel de ville.

Sur la face arrière du monument sont gravées ces inscriptions :
« Ce monument a été érigé en 1920 par souscription publique sur l’initiative du conseil municipal pour perpétrer la mémoire de nos soldats en défendant la patrie.
M. Champion, Conseiller Général de la Seine étant Maire de Maisons-Alfort
M.M. Hurion et Bonneterre Adjoint. »

Marne         Aisne
Yser            Somme
Champagne        Argonne
Verdun        Alsace
Artois            Flandres

Une liste de 696 noms est gravée sur la face avant, les noms sont répartis sur 9 colonnes : 6 colonnes de 77 noms et 3 colonnes de 78 noms. (Seules les initiales des prénoms sont gravées sur le monument).
Sur les 696 noms inscrits sur le Monument aux Morts de Maisons-Alfort, 330 prénoms ont été retrouvés par le CGMA.

La stèle du cimetière de Maisons-Alfort.

Division 16, sur la stèle est gravée l’inscription suivante :
« A nos soldats
Morts pour la France
1914-1918 »

suivie de 82 noms et prénoms.

La liste des morts 1914-18 Eglise Saint-Remi

L’inscription « PRO DEO et PATRIA » est suivie de 137 noms et initiales des prénoms.

Livre d’or de la guerre 1914-1918.

Sources : page 285 de « Mille ans d’histoire » Tome II, édité par l’AMAH complétée par le CGMA avec les données des Archives Communales de Maisons-Alfort.
244 noms et prénoms. (123 uniquement sur MémorialGenWeb)

Elèves d’Alfort Morts pour la patrie 1914-1918

Dans l’amphithéâtre de l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort
Sur une plaque (discrète) sont inscrits 26 noms et prénoms d’élèves vétérinaires.

Soldats inhumés dans le cimetière communal

Outre les sources précédemment citées, il faut ajouter les soldats inhumés dans des tombes du cimetière communal.

Le CGMA tient ces relevés à votre disposition.

Vous pouvez en première approche consulter le site :
http://www.memorial-genweb.org/~cimgenweb/

Où retrouver ces personnes  sur internet ?

3 sources alimentées par les données du CGMA sur internet :
MémorialGenweb, Mémoire des hommes et vergezy.chez-alice.fr

MémorialGenWeb : relevés de monuments aux morts, soldats et victimes civiles, français et étrangers, tués ou disparus par faits de guerre, morts en déportation, «Morts pour la France».

Les relevés de la commune de Maisons Alfort

Pour la guerre 1914-18 à Maisons-Alfort (INSEE : 94046)
Le Monument aux Morts [relevé n° 5680] Cour de l’hôtel de ville de Maisons-Alfort
696 personnes

Plaques Commémoratives 1914-1918 [relevé n° 10468]
A l’intérieur de l’Eglise Saint-Remi
137 personnes

Stèle Commémorative 1914-1918 [relevé n° 10470]
Crypte du cimetière de Maisons-Alfort. Liste de 82 soldats inhumés dans le cimetière de Maisons-Alfort
82 personnes

Livre d’or de la guerre 1914-1918 [relevé n° 10448]
Archives communales
123 personnes

Mémoire des hommes est destiné à mettre à la disposition du public des bases de données réalisées à partir de la numérisation et de l’indexation de fiches biographiques conservées par le ministère de la Défense. Il a également pour vocation d’honorer la mémoire de celles et ceux qui ont participé ou donné leur vie au cours des conflits de l’époque contemporaine

Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention « Mort pour la France » figurent sur cette base de données.
Une recherche systématique des « Morts pour la France » sur le site Mémoire des hommes a permis de retrouver :
249 fiches des noms relevés sur les différents monuments et le livre d’or et 17 fiches sur 26.

et sur

http://vergezy.chez-alice.fr/cgma/indexmonument.htm

Pour tout complément d’information contacter directement le CGMA : cgma@freesurf.fr

6 Commentaires

Classé dans Archives, Archives de Maisons-Alfort, Ecole Vétérinaire - ENVA, Guerre 14-18, Histoire, Histoire locale, Maisons-Alfort

Le Sénat et les 40 visiteurs

La sortie du CGMA du lundi 20 octobre a réuni 40 visiteurs
qui ont découvert ou redécouvert le Palais du Luxembourg.

Cette visite ne fut pas virtuelle comme le propose le site du Sénat !

33 visiteurs ont également déjeuné dans la « cantine du Palais »
et ont croisé quelques éminents Sénateurs.

depart-omcescalierhemicycle

La prochaine sortie du CGMA se déroulera le jeudi 20 novembre :

Le moyen de transport se fera par Voguéo
Suivi de la visite non virtuelle de la bibliothèque François Mitterand

1 commentaire

Classé dans Sorties

Mise en ligne des journaux de marches et opérations de la 1ere Guerre mondiale

Mise en ligne des journaux de marches et opérations de la Première Guerre mondiale

A l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice, la Direction du patrimoine, de la mémoire et des archives, en partenariat avec le Service historique de la défense, a conduit la numérisation et la mise en ligne des journaux de marches et opérations (JMO), journaux de bord, carnets de campagne, journaux de navigation, rapports techniques d’ascension et carnets de comptabilité de campagne de toutes les unités de la Première Guerre Mondiale, conservés par le Service historique de la défense.

L’ensemble de ces documents (soit plus de 3 millions de pages) est consultable sur le site mémoire des hommes.

Cette opération veut répondre à deux objectifs :
– faciliter et étendre à un large public l’accès aux fonds documentaires du ministère de la Défense tout en les préservant de la dégradation ;
– contribuer activement à la mémoire de la Première Guerre Mondiale, en complément des fichiers des « Morts pour la France » mis en ligne sur le site mémoire des hommes

Nous vous engageons également à consulter l’inventaire des JMO conservés par le SHD dans les fonds de l’armée de Terre.

3 Commentaires

Classé dans Archives, Guerre 14-18, Histoire

AD des Alpes-de-Haute-Provence sur Internet

Les Archives des Alpes-de-Haute-Provence sur Internet

Accessibles depuis le site Internet des Archives départementales, environ un million d’images seront disponibles à partir du 6 novembre.

A la rubrique  » Archives en ligne « , on trouvera des documents originaux numérisés concernant tout le département : les registres paroissiaux, d’état civil et tables décennales ; les plans cadastraux dits napoléoniens ; la collection des cartes postales (recto et verso lorsqu’il y a une correspondance, un cachet, un timbre).

Grâce au visualiseur et au moteur de recherche, il sera ainsi aisé de retrouver chez soi le plan ou les cartes postales de sa commune mais aussi l’acte de baptême ou de naissance, le mariage, la sépulture ou le décès de ses ancêtres.

http://archivesenligne.archives04.fr/

*******

Retrouvez tous les articles sur les Archives départementales en ligne

Poster un commentaire

Classé dans AD en ligne, Archives, Archives Départementales, infos

Réunion du mardi 04 /11

Nous étions peu, 8, mais nous n’avons pas chômé.

–         Démontage de l’exposition
–         Mini tour de table
–         Informations sur les prochains rendez vous du CGMA et Val-de-Marnais
–         Premiers éléments de réflexion sur l’expo 2009

Nous sommes actuellement 49 adhérents, mais bientôt nous espérons atteindre (et dépasser) le seuil de 50.

Le prix du repas de l’AG est de 22 euros et les prochaines permanences sont :
a) Les mardis 18 et 25 novembre, le mardi 2 décembre.
b) Le dimanche 16 novembre.

La sortie BNF-Voguéo est toujours prévue pour le jeudi 20 novembre.

Nous avons été accueilli très chaleureusement par les joueurs de cartes et de scrabble de l’Espace Loisirs de Charentonneau :
Prêt d’une table ronde, de 8 chaises et pour ceux qui n’étaient pas pressés quelques gâteaux et tasses de thé, et qui plus est, avec le sourire !

Monique souhaiterait que l’on organise une visite des AD 94.

A la rentrée (octobre par exemple) un dimanche matin pourrait être consacré à la broderie généalogique avec Catherine .

Pour la galette du 11 janvier 2009 nous n’avons pas d’animateur, aussi Joël propose que 4 adhérents nous fassent découvrir (1/4 heure) un aspect de leurs recherches généalogiques ou une passion non généalogique.
Avis aux amateurs !
Quelques propositions sont à l’étude.

« L’enfance de nos ancêtres » est le thème retenu par les présents, ce choix sera soumis aux prochaines réunions de préparation de l’expo.
A titre indicatif
le jeudi 27 novembre,
le dimanche 30 novembre ou le dimanche 14 décembre.

Exposition de juin 2009

Les thèmes suivant (vitrines) ont été retenus après discussion.
a)    la naissance
b)    l’enfant élève
c)     jeux et jouets anciens
d)    les écrits

La chasse est ouverte :
Nous recherchons des
a)    des bancs de classe
b)    une mappemonde (pas celle du Sénat !)
c)     des cartes de géographie
d)    un tableau noir
e)    règles, équerres, compas, craie etc

C’est Murielle qui coordonnera les vitrines.
Joël coordonnera les panneaux.

Panneaux individuels traitant des ancêtres de l’adhérent
a)    Murielle
b)    Simone
c)     Claude
d)    Luciane
e)    Joël
ont déjà des projets.
Des adhérents non présents ont également été contacté par Joël.

Panneaux à thème général
a)    l’enfant au travail
b)    photos de classe des adhérents

Rédigé par Joël

Poster un commentaire

Classé dans Permanences

A propos de Charentonneau

Il est évident que ce nom est un diminutif de celui de Charenton, dont il n’est séparé que par la rivière de Marne, de la même manière que vis-à-vis de Champigny-sur-Marne il y a un lieu dit Champigneau dans les titres de l’Abbaye de Saint-Maur. C’est des Archives du même Monastère que nous tirons la connoissance la plus ancienne que nous ayons de Charentonneau. Thibaud, qui en fut Abbé depuis 1170 jusqu’environ 1180, exempta ses hommes de Carenioniolo de transporter les grains du Monastère depuis le grand Charenton (à Carentonjo majore), jusqu’aux moulins des Portes. On lit même qu’il leur remit la taille qu’ils s’étoient imposèe. Un acte de 1246 appelle ce lieu en latin Charentonellum; c’est celui par lequel Gazon de Maubuisson vend à l’Evèque de Paris la part qu’il a aux Carrières de Conflans proche le pont de Charenton, hypothéquant pour cela cinq sols qu’il a à Charentonneau, mouvant du fief d’Amaurv de Meullent, Chevalier.
Le plus ancien titre concernant ce lieu est de 1240.
On reconnoît par des titres quen 1285 Aalips de Charentonneau, femme de Guillaume dit Morin, Chevalier, alors résidant dans l’Apouille, fit du consentement de son mari un échange de deux arpens de terre sis en ce lieu, et tenans au chemin qui va de Charentonneau à Maisons, sis devant sa porte et en la censive de l’Abbaye de Saint-Maur, contre trois arpens appartenans à Jean d’Acre, Bouteiller de France et fils du Roi de Jérusalem, par donation de Jean du Gastel, Chanoine de Saint-Aignan d’Orléans pareillement sis à Charentonneau dans le fief de Ferric Pasté, Chevalier. On lit aussi que depuis, c’est-à-dire en 1295, ce Bouteiller de France légua ce qu’il possédoit en ce lieu à Guillaume, Abbé des Vaux-de-Semai, au Diocèse de Paris, sous certaines conditions. De là vient qu’en 1580 l’Abbé de ce Monastère prit le titre de Seigneur de Charentonneau dans le Procés-verbal de la Coutume de Paris. Mais il n’étoit pas le seul; et l’on vient de voir ci-dessus des preuves du droit de l’Abbaye de Saint-Maur, laquelle y possédoit même le moulin bannal dès le treizième siècle.
Au siècle suivant on voit le Roi Charles V acheter de Nicolas Braque, son Maître-d’Hôtel, la Maison qu’il avoit à Charentonnel près du pont de Charenton avec les dépendances, meubles et bestiaux. Le prix fut de trois mille deux cents francs d’or. Ce Prince la donna aussitôt à Philippe de Mézieres, Chancelier de Chypre, pour ses bons services à toujours et à ses hoirs. La Charte est datée de Beauté-sur-Marne, le 14 Octobre 1377.
Il paroît par ce j’ai dit jusqu’ici, qu’il y avoit plusieurs fiefs qu’en 1456 il y en avoit eu qui du fief des Loges sis à Beaubourg en Brie. En 1458, 17 Février, Madame de Harcourt, et Jean de Lorraine, son fils, furent maintenus en possession de l’Hôtel et fief de Charentonnel.
En 1460, le 7 Février, il y eut une Sentence des Requêtes qui portoit transaction entre Marie d’Harcourt, veuve d’Antoine de Lorraine, Comte de Vaudemont, et le même Jean de Lorraine, son fils, d’une part, et Colart Rohault d’autre part. Un autre acte qu’il est sans date et qui paroît d’environ ces temps-là, est une demande en partage à Charentonnel, par Jean de Rieux, Maréchal de Bretagne, à la succession de Jean de Harcourt,. Un titre de l’an 1495 assure que l’Hôtel de Harcourt passe pour avoir toujours été au Comte de Vaudemont.
La part qu’avoit eue dans la Seigneurie de Charentonnel Colart Rohault, étoit passée dés 1453 à Louis Merlin. Je le trouve qualifié Secrétaire du Roi ; mais ailleurs il est dit Général des Général des Finances du Duc de Lorraine, et avoir épousé Marguerite Luillier. Je crois pouvoir lui joindre Louis Merlin, qualifié Président du Barrois, lequel avoit en 1523 des terres sises au même lieu de Charentonneau, contiguës à celles d’Olivier Aligret, son neveu ; son testament nous apprend que ce dernier Merlin si cependant ce n’est pas le même que le premier se fit Religieux à Clairvaux.
Je trouve ensuite Olivier Aligret, Avocat Général au Parlement, qualifié Seigneur de Charentonneau. Il a eu le même titre dans son épitaphe à Saint-André-des-Arcs, en la Chapelle des Aligret qu’il fait bâtir. Son décès est marqué au 23 Septembre 1535. Il avoit épousé Claire le Gendre. Leur fils, François Aligret, Conseiller au Parlement et Seigneur de Charentonneau, est nommé dans un acte du 24 Décembre 1550. Il y eut une Sentence d’Antoine du Prat rendue en l’Auditoire Criminel en…. qui lui permettoit, en entérinant les Lettres-Royaux par lui obtenues, de faire redresser les fourches patibulaires à deux piliers de la Justice de Charentonneau.
Quelques Mémoires marquent comme Seigneurs de Charentonneau en 1413 Charles de Floret, et en 1611 Richard de Petremol.
Depuis ces Seigneurs, je n’ai trouvé que Jérôme du Four Aligret, dit Seigneur en partie de Charentonneau, Conseiller en Parlement; et enfin MM. Gaillard père et fils: le premier est décédé le 13 Janvier, Conseiller Honoraire en la Cour des Aydes. Le second a été reçu Conseiller en la même Cour en 1740.
Je renvoie à M. de Piganiol pour la description du château de Charentonneau situé sur le bord de la Marne.
En 1551 Anne Regnault, veuve de Claude Martin, Notaire au Châtelet, avoit fait bâtir dans ce hameau une petite Chapelle du titre de Notre-Dame et Saint Jean, où il lui fut permis d’avoir un Prêtre à cause de son extrême vieillesse.

Histoire de la ville et du diocèse de Paris, par l’Abbé Lebeuf, 1754, 15 volumes in-12.
(Texte extrait de la réédition de 1883)

Qui était l’abbé Lebeuf

Dictionnaire Bouillet d’Histoire et de Géographie (1855) :

Leboeuf ou Lebeuf  (l’abbé), chanoine d’Auxerre, membre de l’Académie des Inscriptions, né à Auxerre en 1687, mort en 1760, a rendu de grands services à l’histoire nationale par ses savantes recherches. Ses ouvrages les plus importants sont : Discours sur l’état des sciences dans la monarchie française sous Charlemagne, Paris, 1734, Recueil des divers écrits pour servir d’éclaircissements à l’histoire de France, 1738 ; Histoire d’Auxerre, 1743 ; Histoire de la ville et du diocèse de Paris, 1754, 15 volumes in-12.

1 commentaire

Classé dans Histoire, Histoire locale, Lieux, Maisons-Alfort

Le Salon international de généalogie d’Argenteuil (95)

Le Salon international de généalogie se tiendra à Argenteuil (95)
le samedi 22 et le dimanche 23 novembre 2008
De 10 heures à 18 heures
Lieu du salon
Salles municipales Jean Vilar et Pierre Dux
9, Boulevard Héloïse
95100 Argenteuil

Liste des 73 exposants

Régions et pays invités
Algérie
Alsace
Aquitaine
Argenteuil
Auvergne
Belgique
Bourgogne
Bretagne
Centre
Champagne-Ardenne
Entreprise
Espagne
France
Franche Comté
Histoire
Ile de France
Internet
Italie
Languedoc Roussillon
Limousin
Lorraine
Maroc
Midi Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Normandie
Picardie
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Réunion
Rhône Alpes
Tunisie

Poster un commentaire

Classé dans Evénements, infos