Archives quotidiennes : 1 janvier 2005

M01-20170912 – Commencer sa généalogie

 



Les différents âges de la majorité

Les étapes du consentement parental selon l’âge de la majorité des conjoints:
Sous l’ Ancien Régime: majorité à 30 ans pour un garçon, 25 ans pour une fille.
De 1792 (20.09) à 1804 (Code civil): 21 ans pour les deux sexes.
De 1804 à 1907 (21.06): majorité matrimoniale à 25 ans pour les garçons, 21 ans pour les filles, mais la majorité civile demeure à 21 ans.
De 1907 à 1974 (5.07): 21 ans pour les deux sexes.
Depuis 1974: 18 ans pour les deux sexes.

Evolution du droit:
L’édit royal de février 1556 stipulait que les garçons jusqu’à 30 ans, et les filles jusqu’à 25 ans, ne pouvaient se marier sans le consentement de leurs parents ou de leurs ascendants. Au dessus de ces âges, les futurs époux devaient toujours requérir le consentement par des « sommations respectueuses ».Deux étaient exigées avant de pouvoir passer outre à un refus.
L’ordonnance de Blois de 1579 décidait que tout curé qui célébrait un mariage sans le consentement des familles des futurs époux pouvait être puni pour le crime de rapt, ayant consacré une union « clandestine ».
Une déclaration de 1639 privait de leurs droits successoraux les enfants qui s’étaient unis par un tel mariage.
La loi du 20 septembre 1792 n’exigea le consentement des familles des futurs conjoints que jusqu’à l’âge de 21 ans.
Le Code civil rétablit la distinction entre garçons et filles pour la majorité matrimoniale qui fut différente de la majorité ordinaire: 25 ans pour les garçons, 21 ans pour les filles. Les « sommations respectueuses » furent rétablient entre 25 et 30 ans pour les garçons et entre 21 et 25 ans pour les filles: deux « actes respectueux » étaient demandés de mois en mois et, en cas de refus des parents et des ascendants, le mariage ne pouvait être contracté qu’un mois après la dernière sommation.
Une loi de 1896 réduisit à un le nombre de ces « sommations » dites respectueuses.
La loi du 21 juin 1907 abaissa la majorité matrimoniale à 21 ans pour les deux sexes. Toutefois, en cas de refus des parents, une notification devait leur être adressée par les enfants majeurs jusqu’à 30 ans. Cet âge fût réduit à 25 en 1922. Enfin, cette notification fut supprimée en 1933.
La majorité civile a été abaissée à 18 ans pour les deux sexes par la loi du 5 juillet 1974. L’autorisation parentale est toujours nécessaire pour le mariage des mineurs.

NOTE : – Les dispositions qui précèdent ne concernent que le consentement des parents ou des autres ascendants. Mais l’âge auquel le mariage peut-être contracté (indépendamment du consentement parental) a été et demeure régi par l’article 144 du Code civil: 18 ans pour les garçons, 15 ans pour les filles. Sous l’Ancien Régime, ces âges étaient variables selon les régions, car il était fixé d’après ceux de la puberté. Et, pour l’église, un mariage était canoniquement valable, même s’il ne l’était pas pour le pouvoir civil. Mais on sait que, dans nos villages, on se mariait plutôt après 25 ans qu’avant 20 ans. Les dispositions sur l’âge ne s’appliquaient pas aux Princes des maisons souveraines pour lesquelles un mariage était d’abord une union politique qu’il fallait conclure au plus vite.

http://patrickdeveaux.fr/histoire/lage-de-la-majorite/



www.guide-genealogie.com/guide/parente.html
Liens de parenté, degrés de parenté et implexe

Degrés de parenté : les liens de parenté selon le droit canon

Effectuer des recherches généalogiques consiste à retrouver des individus ayant des liens de parenté et à déterminer la nature de ces liens.

Outre les liens classiques : Parents, enfants, oncles, cousins…, il faut s’intéresser aux degrés de parenté.

En effet, vous pourrez trouvez lors d’unions, des mentions de dispenses de consanguinités (voir le glossaire) établies par l’Eglise. Dans les actes (baptême, mariage, inhumation …), la parenté des personnes présentes est parfois indiquée « en présence de Jean Menguy son cousin au 3e degré du côté maternel« .

L’arbre ci-dessus vous indique les liens de parenté selon le droit canon, c’est à dire le droit établi par l’Eglise.

Pour calculer les degrés de parenté, on part de l’ancêtre commun, le numéro 1. Dans l’arbre généalogique à gauche, c’est Louis.

On compte le nombre de générations entre la personne et l’ancêtre commun.

Ainsi, dans l’exemple, Joseph et Albert sont parents au 4e degré, c’est à dire qu’ils sont arrières petits cousins. Ils descendent en effet tous les deux de Louis, leur ancêtre à la 4e génération.

 

Degrés de parenté : les liens de parenté selon le droit civil

L’arbre ci-dessus vous indique les liens de parenté selon le droit civil, c’est à dire le droit établi par l’Etat.

Dans le droit civil, pour calculer les degrés de parenté, on part de l’ancêtre commun. Dans l’arbre généalogique à droite, c’est Louis.

On redescend ensuite en comptant un degré pour chaque génération et sur chaque ligne.

Les liens de parenté proches

Implexe

Vous trouverez certainement dans votre généalogie des cas d’implexe. En suivant l’exemple, vous comprendrez très facilement ce qu’est un implexe.

Paul est fils d’Albert et Marie. Or, ce couple a un ancêtre commun, Louis leur arrière arrière grand-père. Ils sont arrières petits-cousins.

Il s’agit donc d’un implexe. Si Paul porte le N° sosa 1, Louis aura deux N° sosa (qu’est-ce qu’un sosa ?). Paul descend deux fois de Louis.

Les cas d’implexe ne sont pas rares car les mariages entre cousins (à divers degrés de parentés) arrivaient du fait de la faible mobilité des gens.

On peut donc descendre 2, 3, 4 fois voir plus d’un même ancêtre.

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Z compléments

2017-2018 – Les compléments des permanences du CGMA

Blog CGMA –Z compléments

2017-2018 – Les compléments des permanences du CGMA

A ce jour voici les dossiers déjà parus :

M1-20170912 – Commencer sa généalogie
M2-20170919 – a) RENARD Léopold – b) Le Bigame Maisonnais
M3-20170926 – Guides, Geneanet CGMA94700
M4-20171003 – Au cimetière
M5-20171010 Quelques revues
M5-20171110 France Pittoresque
M6-20171017 Des sites utiles
M6-20171017 Les liens départementaux utiles
M6-20171017 Les sites des AD
M7-20171107 La reprise
M9-20171121 Exposé de Maryse, « Quand un maçon quitte sa Creuse…. »
M10-20171128 Geneanet Étape 1 Le compte Personnel
M11-20171205 – l’EGMT par Jean-Pierre
M11-20171205 – Répertoire numérique de Maisons-Alfort
M12-20171212 Geneanet Étape 2 Les recherches
M13-20171218 – Projets du CGMA 2018
M13-20171219 – Le code ASCII
M13-20171219 Naissance du Père Noël
M13-20171219 – La généalogie a aussi ses codes …
M14-20180109 Quelques liens
M14-20180109 Les usuelsM15-20180116 – Relevés des recensements Maisonnais
M15-20180116 – Activités du CGMA – 1er semestre 2018
M16-20180123 – Quelques Abréviations en généalogie
M17-20180130 – Geneanet Étape 3 – Créer un arbre
M18-20180206 – Méthode de classement
M19-20180213 – Onomastique
M19-20180213 – Onomastique PPS Maryse
M19-20180213 – Recherches à Maisons-Alfort
M20-20180306 – Les données généalogiques sur Maisons-Alfort – 6 mars 2018
M20-20180206 – Geneanet Étape 4 – Ajouter des documents à mon arbre
M22-20180320 – Les voies maisonnaises

M25-20180410 – Acte de décès introuvable


Z PAPAMA
           
PAPAMA (1) : Les ouvrages de l’AMAH
           
PAPAMA (2) : Les ouvrages de l’AMAH les ouvrages


 

 

Poster un commentaire

Classé dans Z compléments