Archives de Tag: Vie et moeurs

10 juin 1955 – Grand-mère à 29 ans

Catherine LALLIER de Seine-Maritime née le 10 juin 1955 a mis au monde sa fille Nathalie à l’âge de 14 ans, qui a mis au monde un fils Steve le 29 mai 1984. Catherine fut donc grand-mère à presque 29 ans.

Dans le Doubs, Lucienne CLAUDE née en 1933 fut  arrière-grand-mère à 52 ans !

Guiness

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Généalogie et étymologie en 1829

Les ouvrages actuels de généalogie consacrent toujours quelques pages de définitions des termes employés par les généalogistes et les archivistes (abécédaire, lexique). Nous n’allons pas faillir à cette règle, mais les définitions que nous proposons datent de 1829 et sont extraites du "Dictionnaire Etymologique de la langue Françoise, ou les mots classés par famille; contenant les mots du dictionnaire de l’Académie Françoise." Par B. de Roquefort, livre édité à Paris par Decourchant, imprimeur Editeur rue d’Erfurt n° 1 en 1829. Livre retrouvé dans le grenier d’un ascendant d’un de nos adhérents.

Les mots ont-ils changé d’orthographe, de sens, ont-ils évolué, à vous de juger !

AGNAT, collatéraux qui descendent par mâles d’une même souche masculine.
Du latin ad, auprès et de natus, né..

AIEUL, ou ayeul, grand-père. Du latin avus, atavus. En italien, aiolo.

AÏEULE, ayeule, grand-mère
AÏEUX, ayeux, parents de tous degrés, qui nous a précédés : les hommes des siècles antérieurs.
BISAYEUL, le père, la mère des aïeux.
TRISAYEUL, le père, la mère des bisaïeux.

CALENDRIER, table qui contient l’ordre des jours, des semaines, des mois et des fêtes qui arrivent pendant l’année, parce que le nom de calendes étoit écrit en gros caractères à la tête de chaque mois. Calendarium.

COGNAT, parent par les femmes. Cognatus.
GOGNATIQUE, dévolu aux cognats, au défaut de la ligne masculine.

CONSANGUIN, frères et sœurs de père seulement. Consanguineus, de même sang, race, parenté.

GENEALOGIE, histoire de l’origine d’une famille, de sa propagation et de son état présent.
Genealogia, de génos, race, famille, et de logos, discours.
GENEALOGIQUE, qui appartient à la généalogie.
GENEALOGISTE, qui fait ou dresse des généalogies.

GERMAINS, enfants de deux frères ou de deux sœurs.

JOURNALIER, de chaque jour, qui se fait par jour, ouvrier à la journée.

LABOUR, façon donnée en labourant. Labor.
La terre de Labour, province du royaume de Naples, l’ancienne Campania felix, remarquable par sa fertilité, ainsi dite de ce quelle est très propre au labourage. On appelle aussi pays de Labour une partie de la Gascogne et du pays des Basques. En latin Lapurdium, ancien nom de Bayonne.
LABOUREUR, celui qui laboure les terres et les ensemence.

MENAGERE, femme qui dirige le ménage.

OBIT, mort, service pour un mort.

OBITUAIRE, registre des obits où l’on inscrit le nom des morts et la date de leur sépulture; pourvu d’un bénéfice vacant par le mort.

PRECIPUT, don mutuel des époux; somme à prélever par l’époux veuf avant le partage de la communauté; prélèvement avant le partage d’hérédité. De Proecipuus, qui concerne le particulier; fait de proecipere, prendre d’avance; composé de proe, avant et de capio, je prends.

2 Commentaires

Classé dans A lire, Vocabulaire

Article du jour (68) : Mariage de frères et soeurs

Double cousins

Cliquer pour accéder à l’article

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Article du jour

12 Mai 1852 – Rosa Bonheur en pantalon

1852 – Rosa Bonheur en pantalon

Rosa BONHEUR, célèbre femme peintre du XIX° siècle, première femme à recevoir la Légion d’Honneur en 1865 des mains de l’impératrice Eugénie, allant résolument à l’encontre des normes, portait les cheveux courts, s’habillait de vêtements masculins – c’est à dire de pantalons – qu’elle ne pouvait mettre sans un permis de police renouvelable tous les six mois….

Permission de travestissement accordée à Rosa Bonheur.

Paris, le 12 Mai 1852 - Nous, Préfet de Police. [...] Autorisons la demoiselle Rosa Bonheur demeurant à Paris, rue … n° 320 à s’habiller en homme ; pour raison de santé sans qu’elle puisse, sous ce travestissement, paraître aux Spectacles, bals et autres lieux de réunion ouverts au public. La présente autorisation n’est valable que six mois, à compter de ce jour.

*

1 commentaire

Classé dans Ephéméride

14-18 : nettoyage des voies communales

14-18  Assistance par le travail

Cliquer pour accéder à l’article

*

Poster un commentaire

Classé dans Journées du Patrimone, Maisons-Alfort

… sur modèles réduits.

Pierre Crausse

L’idée émise depuis l’Antiquité de représenter à l’aide de maquettes, des objets ou des systèmes faisant partie du cadre de vie, permit tout d’abord de mieux les observer, puis d’envisager une meilleure prévision de leur fonctionnement à l’échelle réelle. Ainsi, jusqu’aux années 1980, le modèle réduit (ou plus largement le modèle physique) sera particulièrement utilisé pour des recherches dans des domaines à vocation expérimentale comme l’aérodynamique et l’hydraulique.

Outre leur côté ludique et démonstratif, les études scientifiques sur des modèles réduits ont largement contribué à concevoir bon nombre d’avions modernes, des navires de toutes tailles, des barrages, des ports…. Les différentes parties de ce livre décrivent les quelques premières expériences dans le domaine jusqu’à nos jours, où les modélisations numériques et physiques sont maintenant devenues complémentaires.

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire

4 mai 1860 – Les égouts en 1903

1860 – Les égouts en 1903

En vertu d’abonnements contractés, la commune fait curer ses propres égouts au tarif de l’arrêté préfectoral du 4 mai 1860. Il en est résulté pour elle, en 1903, une dépense de 1.993 francs.

Le curage des égouts d’intérêt général est, en principe, à la charge de la commune, mais, en fait, le département exécute ce travail et prend à sa charge une partie de la dépense.

En 1903, la contribution de Maisons-Alfort s’est élevée à 1.349 francs, somme qui représente environ un tiers de la dépense totale.

Extrait de – État des communes à la fin du XIXe siècle

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Maisons-Alfort, Métiers

Le mercredi 27 avril 1718 eut …

Incendie sur le Petit-Pont en 1718 : 22 maisons brûlées à cause d’un simple cierge (D’après « Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV » (Tome 1), édition de 1847)

Le mercredi 27 avril 1718 eut lieu un effroyable incendie sur le Petit-Pont, au Petit-Châtelet, causé par un simple cierge. Avocat au parlement de Paris, Edmond Barbier se rend sur place deux heures après le début du drame et en consigne les détails, nous révélant que les maisons qui débordaient toutes sur l’eau, qui étaient posées sur des pilotis et qui craignaient à toutes les grandes eaux de périr dans les dégels par la débâcle des glaçons, ont, au contraire, été consumées et détruites entièrement par le feu en sept à huit heures de temps.

Lire l’article complet dans La France Pittoresque du 27 octobre 2011

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article5096

*

*

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Gla gla !

Météo 27-au 30 avril 2014

Maisons-Alfort du 27 au 30 avril 2014

Poster un commentaire

Classé dans A lire

Article du jour (52) : Joyeuses Pâques

Article et image de "La France Pittoresque"

Paques

Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Article du jour

Article du jour (51) : L’amour maternel au XIXe siècle

L’Histoire par l’image

Amour maternel au 19 siecle

Poster un commentaire

Classé dans Article du jour

28 mars 1882 – Enseignement primaire obligatoire

L’enseignement primaire devient obligatoire, ainsi que sa gratuité et sa laïcité. Loi du 28 mars 1882. (Jules FERRY)

L’article 1 de la loi du 28 mars 1882 précise :

Lire la suite sur : genealexis – règlement à l’école

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

19 mars 1910 – 25 enfants

Madeleine DEVAUD, née le 19 mars 1910, à Amure dans les Deux-Sèvres, a mis au monde 25 enfants (10 garçons et 15 filles) entre 1928 et 1958. (Livre Guiness des records)

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride

Blog du jour (75) : Les petites mains

Les petites mains

La vêture des Enfants trouvés (1) – le trousseau

La vêture des Enfants trouvés (2) – Les Petites Mains, histoire de …

La vêture des Enfants trouvés (3) – Au XVIIIe siècle, le coton

La vêture des Enfants trouvés (4) – la layette

La vêture des Enfants trouvés (5) – les enfants en robe

Lire aussi

Quelques mots d’histoires sur la vêture des Enfants trouvés

Tous les  Blog du jour

 *

Poster un commentaire

Classé dans Blog du jour

Cousins germains

Cousins germains ?

Question :

A propos de cousins germains, comment nomme-t-on les cousins germains lorsque les deux frères ont épousé les deux sœurs ? J’aimerai être renseignée, il y a longtemps que je me pose cette question à propos de ma maman.

Réponse :

Les enfants issus de ces couples sont tout simplement… des cousins germains.

Jean Bernard LAURENT

Généalogiste professionnel à Saint Bel (69) Pour la CSGHF

 

Notes de Joël :

C’est le cas pour mes parents.

Mon père et son frère ont épousé deux sœurs.

J’ai donc des cousins "doublement germains".

Et comme je le dis à cet oncle ; il compte pour deux oncles

-         Une fois du côté paternel

-         Une fois du côté maternel

Autre particularité :

Les cousins germains ont deux grands parents en commun.

Les cousins "doublement germain" ont les mêmes (quatre) grands parents. 

1 commentaire

Classé dans A lire, Anecdotes

27 janvier 1924 – Nourrissons

Consultation gratuite de nourrissons à Maisons-Alfort

Soucieux d’encourager la natalité et de venir en aide aux familles nombreuses , le Conseil municipal, dans sa séance du 27 janvier 1924, a décidé d’accorder une prime de fréquentation, à la consultation gratuite des nourrissons, organisée deux fois par mois, à la mairie, les premier et troisième mercredis de 9 heures à 11 heures par la section locale de la Mutualité de Paris, avec le concours du docteur Gilbert. Il a fixé à 3 francs le montant de cette prime par enfant et par séance.

*

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale, Maisons-Alfort

Article du jour (31) : Existence à Saint-Mandé

Existence

Poster un commentaire

21 janvier 2014 · 12:00  

16 janvier 1822 – Recensement

Le principe du recensement quinquennal est adopté en 1822, en vertu de l’ordonnance du 16 janvier 1822 de Charles X. Le recensement eut lieu toutes les années terminés par 1 et par 6.  en 1831, 1836, …

Poster un commentaire

Classé dans Recensements

Une femme est morte …

Au hasard de notre recherche généalogique, nous avons eu la surprise de découvrir dans un registre paroissial de la commune de Saint-Bonnet-le-Courreau, dans la Loire, cet acte qui de manière assez inhabituelle rapporte avec brièveté mais précision un événement qui vient tout juste de se produire.

Nous sommes le 8 septembre 1768 et la veille, ainsi que l’écrit le curé de ce village du Haut Forez, une femme est morte. Et avec elle, deux enfants :

« … Par devant moi, il est dit que Jeanne Morin, âgée d’environ 40 ans, femme de Claude Massacrier, laboureur résidant à la Spéry, est décédée hier vers 4 heures du soir … Enceinte des faits de son mari, d’environ 9 mois. L’opération césarienne lui a été faite par Marguerite Masson, femme de Pierre Derivon, maître chirurgien (1) … Laquelle a retiré du sein de la défunte, un garçon et une fille qui avaient donné des marques de vie ont été ondoyés par Jean Massacrer, laboureur au lieu de la Spéry, beau-frère de la défunte et après l’ondoiement ont conservé le visage vermeil pendant un quart d’heure environ…

Le huitième de septembre 1768… Ont assisté à la sépulture Pierre Simon, laboureur au village du Mas, Jeanne Michel, femme de Claude Simon … Claude Cellier, laboureur au village d’Essende et Jean Massacrier … Et Marguerite Masson qui a confirmé le dit de Jean Massacrier. »

Devenu veuf de Jeanne Morin et sans enfants, le dit Claude Massacrier se remariera près de huit ans plus tard, le 28 janvier 1777, avec Perrine Rousset. C’est de ce mariage que naîtront des enfants, dont l’ascendant direct des ancêtres de ma mère, Marie Massacrier. A quoi tenons-nous d’être là ? Parfois, comme ici, à un drame qui fit trois morts… avant que ne renaisse la vie !

Proposé par Claude G.

(1) A cette époque, dans les Monts du Forez, le chirurgien avait exercé en ville le métier de perruquier pendant quelques années, et obtenu de s’installer dans le bourg où il saigne, purge, fait la barbe, et tient parfois les remèdes usuels.. .

Adhérent-CGMA-Claude-

Poster un commentaire

Classé dans A lire, Adhérents, Généalogie des adhérents

Article du jour (28) : La vie cachée d’une généalogiste …

Annie Guillemin

Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

Annie Guillemin, nous la connaissions comme généalogiste, et comme animatrice du site :

Salans et ses environs

Elle a d’autres cordes à son arc …

Annie Guillemin, chanteuse bénévole qui anime les samedis après-midi aux Opalines !

Bravo Annie et bonne année.

*

Poster un commentaire

Classé dans A voir, Site