Dimanche 3 février 1726

Dimanche 3 février 1726

A propos du règlement d’une dette de 328 livres, contractée par la commune envers un nommé Moreau, voici la formule du procès-verbal d’une assemblée communale :

« Aujourd’hui, dimanche 3 février 1726. Issue de la grand’messe paroissiale de Saint-Rémy de Maisons, après le son de la cloche, l’assemblée tenue au devant de la principale porte et entrée de l’église, sur le réquisitoire de Jean Cheureau Syndic, sont comparus, par-devant nous, André Boutelou, greffier et tabellion de audit lieu de Maisons, les habitants de Maisons, ci-après nommés … Comparant à l’effet de régler, convenir et accorder sur les prétentions et demandes de M. Paul Moreau, marchand farinier à Paris… »

Il résulte de ce procès-verbal et de bien d’autres, qu’au début de la formation des communes, dans les questions importantes, tous les habitants étaient appelés à donner leur avis, ce qui n’était que la réédition des conseils ou palabres, en usage chez tous les peuples, dans l’enfance de leur civilisation.

D’après Amédée Chenal Maire de Maisons-Alfort

 

About these ads

Poster un commentaire

Classé dans Ephéméride, Histoire locale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s