Bertile Payssé de Jû-Belloc (Gers) (2)

Les signatures de nos ancêtres apparaissent dans leurs actes de mariage ou dans les acte de naissance ou de décès où ils sont témoins.

Aux archives d’autres sources dont les actes notariés nous révèlent si nos ancêtres savent écrire ou déclarent ne pas savoir écrire.

Les archives familiales par les lettres et cartes postales nous fournissent une image de la signature de nos ancêtres.

Pour Philippe Bertile Païssé née (1805), mariée (1832) et décédée (1854) à Jû-(Belloc) dans le Gers, outre son acte de mariage, un livre (trouvé dans la bibliothèque familiale) annoté de sa main nous révèle à la fois sa signature et la graphie utilisée (Païssé et non Payssé comme dans son acte de mariage).

Sous sa signature nous pouvons lire la mise en garde suivante :

« Si poussé du démon tu dérobes ce livre

   Apprends que tout voleur est indigne de vivre

   Dieu qui voit tout verra l’action

   Et de son trône éternel verra la punition. »

 
 
 
 

 

Ne pas voler ce livre !

Ne pas voler ce livre !

 

 Adhérent-CGMA-Joël-007

About these ads

Poster un commentaire

Classé dans Anecdotes, Episodes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s